Angoisse

Pourquoi souffrez-vous d’angoisse ?

D’où provient votre angoisse ? La plupart des gens qui souffrent d’angoisse, d’attaques de panique, de troubles de panique, d’agoraphobie, et de phobie(s), peuvent aisément se rappeler leur première attaque de panique.

Généralement cette première attaque est arrivée durant une période de leur vie où ces personnes étaient soumises à un stress intense ou un changement de vie important : un nouveau travail, l’arrivée d’un enfant, un déménagement, une maladie, un mariage, l’arrivée à l’université, le fait de quitter la maison de ses parents. Chez d’autres, l’anxiété remonte à la prime enfance. Mais de toute façon, quoi qu’il en soit, le problème n’est pas dans la source de votre anxiété.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin ou un psychologue pour déterminer avec plus de précision et de certitude la source de votre angoisse. Mais quoi qu’il en soit, cela n’a pas grand intérêt, sauf dans le cas où vous souffrez d’une angoisse due à des raisons pathologiques médicales ce qui est très rarement le cas. La cause de votre angoisse ne nous intéresse pas. Cela vous étonne ou vous choque ? Laissez-moi vous éclairer. Pourquoi me direz-vous ? Parce que seule la solution nous intéresse et parce que quelque soit l’origine ou la cause de votre angoisse, la méthode que je vous propose est la même. Le problème n’est pas de déterminer l’origine exacte mais d’agir sur la partie du cerveau qui en est responsable !
Êtes-vous seul(e) à souffrir d’angoisse ?
Je pourrais vous expliquer que vous n’êtes pas seul(e) à souffrir de troubles de paniques ou d’agoraphobie. Que 3 à 5 % de la population souffre ou souffrira un jour d’attaques de panique et d’agoraphobie.

Je pourrais vous parler des facteurs à risque comme l’âge, l’isolement social ou familial, la vulnérabilité biologique ou génétique qui prédispose certaines personnes aux attaques de panique ou à l’agoraphobie à cause d’une hypersensibilité de leur système nerveux sympathique (Le système nerveux sympathique contrôle la contraction des muscles, des viscères et des vaisseaux sanguins. Il permet d’accélérer la fréquence cardiaque et de dilater les bronches sous l’effet du stress). Je pourrais vous dire que le risque est multiplié par deux pour les femmes par rapport aux hommes ou que la vie urbaine augmente le risque. Je pourrais même vous parler de la concentration en gaz carbonique de l’environnement qui augmente votre hypersensibilité. Je pourrais vous parler de l’angoisse et de vulnérabilité psychologique et des facteurs précipitant de la vie, des substances psycho actives… Je pourrais vous parler d’un milieu familial surprotecteur, d’une mère surprotectrice, ou d’une mère manquant d’affection. Je pourrais même vous parler d’un père absent, de l’incidence du divorce de vos parents, ou de l’incidence de la maltraitance durant l’enfance pleine d’angoisse.